Interview Candice Prévost : « Les bleues en sont capables »

By
Updated: mars 23, 2013
Le Logo de l'Euro 2013 en Suède

Candice Prévost est une jeune retraitée du football féminin. Après 157 matchs avec le PSG, elle a raccroché les crampons l’été dernier et est désormais consultante sur Eurosport. Elle nous parle des Bleues, de la D1 et du football féminin dans les autres pays.

Candice Prévost bonjour, à quel âge avez-vous débuté le football ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ?

candice-prevostJ’ai commencé le football en 98 après la coupe du monde. Des sections féminines se sont ouvertes et le père de ma meilleure amie était président de l’EAC football.. Je combinais le tennis et le football à 16 ans. Puis progressivement, le football a pris de plus en plus de place. 16 ans c’était tard pour commencer le football surtout que les détections/sélections jeunes étaient très intéressantes pour les -16 ans à l’époque. J’ai toujours joué au football avec mes voisins. Et souvent dans la cour de récréation je préférais jouer au ballon rond plutot que d’être avec les filles… On me disait « garçon manqué »… Mon père m’a toujours dit qu’un garçon manqué, c’était une fille réussie… J’ai toujours aimé ça et rien ne sert de courir. Il faut partir à point ! Je suis contente de mon parcours.

Comment voyez-vous le Championnat de France de D1 féminine notamment par rapport aux autres championnats étrangers (Angleterre, Allemagne ou encore les USA) ?

Je trouve qu’il est de plus en plus attractif et progresse de par la structuration des clubs. La médiatisation et l’arrivée de joueuses de classe mondiale ! Tous ces facteurs avec la formation des jeunes (pôles régionaux), la politique menée par la FFF pour promouvoir le football féminin entretient une bonne dynamique du football féminin français. Les bons résultats de l’OL, de l’équipe de France ont créé un bel engouement et ont permis de mettre en lumière le football féminin, notamment la D1 féminine.

Je pense que le championnat allemand est toujours très intéressant et reste une référence européenne. Je connais mal le championnat anglais même si l’on peut faire un état des lieux des championnats européens au regard des clubs qualifiés en 1/4 de finale de la LDC féminine. 1 club Italien / 1 club Russe / 1 club anglais / 1 club allemand / 2 clubs suédois /   2 Français

Pour le championnat américain, c’est aussi un championnat très relevé qui fait toujours rêver les joueuses de football. Le régime pro pour toutes permet une égalité « totale » des équipes…

En France, il y a encore trop d’hétérogénéité des clubs et des niveaux dû à un manque d’argent, et de moyens divers pour structurer les clubs. L’OL et le PSG sont pros / Montpellier – Juvisy semi-pro / les autres clubs sont en phase de structuration et évoluent à leur rythme, mais n’ont pas les mêmes moyens ce qui crée une hétérogénéité des niveaux. C’est un peu à l’image du football masculin avec un PSG monstrueux et des petits poucets qui n’ont pas le même budget.

Vous avez stoppé votre carrière à l’issue de la saison dernière. Quel regard avez-vous sur l’effectif actuel du PSG, votre ancien club ?

Tout a changé. L’effectif : Mes anciennes coéquipières sont en Irlande, en Espagne, aux US, en Belgique, à l’OL, à juvisy, à l’EAG, à Issy-les-Moulineaux.   Et quelques-unes sont restées… Le staff a été changé aussi.

La structure : c’est une équipe professionnelle. Avec tout le confort qui va avec..

L’effectif est très intéressant avec de très bonnes joueuses internationales sur toutes les lignes ! Des grands noms du football féminin = Shirley Cruz / Annike Krahn / Linda Bresonik / Tobin Heath / Kosovare Asllani / Laure Boulleau etc..

De plus en plus de convoquées en Équipe de France A et B. C’est un groupe très costaud qui est encore en phase de construction. Il faut du temps pour créer des automatismes collectifs. J’espère juste que ces grands noms du football féminin ne sont pas dans une logique de court terme et sont là pour plusieurs années !

Lyon domine le championnat de D1 Féminine. Également en course en Ligue des Champions, pensez-vous que le club de JMA peut encore remporter la compétition ?

J’y crois dur comme fer. Je pense qu’il n’y aucune équipe qui peut rivaliser face à Lyon qui survole le championnat de D1, et encore en LDC avec ce 5/0 face à Malmo… Patrice Lair est l’entraîneur idéal pour repousser les limites des filles malgré une super domination européenne/mondiale. Pour moi, elles sont intouchables et c’est toujours un plaisir de les suivre. L’OL au féminin, c’est une machine de guerre.

Vous êtes désormais consultante à Eurosport, qui va diffuser l’Euro 2013, pensez-vous que les Bleues peuvent ramener leur premier trophée international ?

J’ai toujours été très mauvaise en pronostic, mais je pense que les Françaises sont capables d’aller chercher un titre ! Le niveau des filles a considérablement progressé, mais après il s’agit de faire en sorte que la mayonnaise prenne !

Je pense qu’en pleine confiance, les bleues sont capables d’aller remporter une médaille ! Une chose est sûre, c’est qu’avec notre championnat relevé, une équipe de l’OL impitoyable… Les Français attendent une médaille de la part des bleues.

Dernière question, quel serait votre podium pour l’Euro 2013 ?

France / Allemagne / Suède

- – - – - – - – - – - – - – -

Propos recueillis par Maxime Coutant